bébé, dme

Quand est-ce vraiment trop tôt pour débuter les aliments complémentaires?

Quand est-ce vraiment trop tôt pour débuter les aliments complémentaires?

                                                      

Des parents dont le bébé a 5 mois communiquent souvent avec moi si leur bébé montre un intérêt pour les aliments complémentaires. Ils ont peur de commencer « trop tôt » tout en sentant que bébé leur donne des signes clairs qu’il veut aller de l’avant. Même si je ne suis pas en mesure d’offrir des conseils spécifiques pour un bébé en particulier, ma réponse générale à ce dilemme est la suivante.

                                                      

La « règle des six mois »

 

La « règle des six mois » est importante parce que cela empêche une interférence prématurée en ce qui concerne l’alimentation de bébé. Je m’y réfère donc toujours. Cependant, d’après mes recherches et mon expérience clinique, mon opinion actuelle est que tout ce qu’un bébé est prêt à faire est probablement ce qui est la bonne chose pour lui. Il y a de bonnes raisons de croire que le développement de capacités dont nous pouvons témoigner de l’évolution (assis bien droit, etc.) soit un indicateur fiable de la maturité du système digestif interne de bébé. La nature a rarement tort. Donc, si un bébé en bonne santé peut (réellement) s’asseoir bien droit, saisir la nourriture et la porter à sa bouche SANS AIDE, il est probablement prêt à entamer l’alimentation autonome. S’il est également apte à mastiquer – et peut-être même à avaler – c’est bien, mais il est fort probable que ces compétences suivront en temps voulu.

                                                      

Une des raisons pour lesquelles je tiens à souligner la règle des six mois, même si je ne la considère pas comme fondamentale, c’est qu’il est trop facile pour ceux qui ne comprennent pas le concept de la DME (Diversification alimentaire Menée par l’Enfant) de mal interpréter tout indice qui les inciteraient à commencer trop tôt. Cela peut être le début d’une pente glissante pour des pratiques dangereuses, ce que je n’approuve absolument pas.

 

Quel est le but ultime?

 

Le problème est qu’il est tentant d’embellir les capacités de son enfant, et d’offrir juste un peu d’aide pour leur permettre d’atteindre un objectif particulier. Généralement, cela n’a pas d’importance, mais quand il s’agit de manger, la capacité d’un bébé – ou son incapacité – à gérer la séquence d’actions nécessaires constitue un facteur de risque important. Les aider à surmonter un obstacle qu’ils ne peuvent pas gérer eux-mêmes (par exemple en leur offrant un soutien supplémentaire pour s’asseoir ou pour tendre la main, guider leur bras vers leur bouche ou, pire, leur mettre la nourriture dans la bouche) est potentiellement dangereux.

                                                      

Il est utile de se rappeler que « l’accomplissement » de manger est l’objectif de l’adulte, pas celui de l’enfant. Bébé ne sait pas que c’en est le but ultime. Le tout-petit découvre simplement comment son propre corps et les choses autour de lui fonctionnent. Pour bébé, ne pas parvenir à porter la nourriture à sa bouche n’est pas un échec. Il n’aura pas l’impression d’avoir besoin d’aide. Le rôle des parents est de donner l’OCCASION de faire tout ce que bébé est prêt à faire, que ce soit toucher la nourriture, la ramasser, la lécher, la mordre, la mastiquer et/ou l’avaler – ou rien de ce qui précède – pour lui permettre de faire quelque chose qu’il ne peut pas encore gérer. Six mois représentent un âge moyen de préparation, de la même manière que la plupart des bébés font leurs premiers pas à environ un an.

 

6 mois est-ce un âge magique?

 

Il est clair que certains sont prêts à marcher plus tôt tandis que d’autres commencent après leur un an. Nous n’essayons pas d’empêcher ceux qui sont prêts de marcher avant l’âge « correct ». Si nous trouvons logique qu’une bonne partie des bébés ne sont pas prêts à se nourrir avec des aliments complémentaires avant sept, huit ou neuf mois, il est parfaitement raisonnable de penser qu’une minorité de bébés puissent l’être avant l’âge « magique » de six mois. Selon moi, le point crucial est que la transition devrait se faire de façon spontanée et autonome.

                                          

À mon avis, les arguments sur l’âge approprié pour introduire des aliments complémentaires ne sont importants que si c’est le parent, et non le bébé, qui décide quand ce dernier devrait commencer à porter des aliments à sa bouche. De tels arguments sont redondants si la décision est prise par le bébé parce que tous les bébés développent des compétences alimentaires dans une séquence déterminée en lien avec leur maturité globale. Théoriquement, il n’y a aucune raison pour qu’un bébé d’un ou deux mois n’ait pas la possibilité de s’asseoir et de ramasser de la nourriture dans une assiette. Ce qui empêche cette option raisonnable n’est pas que ce soit le « mauvais » âge, mais que le bébé n’en soit tout simplement pas capable. La même chose s’appliquerait à trois, quatre et cinq mois. Il est extrêmement improbable qu’un nourrisson de moins de cinq mois et demi soit en mesure, sans aucune aide, de s’alimenter avec de la nourriture complémentaire. Ceux qui le peuvent sont l’exception, pas la règle. Une fois que ces paramètres sont bien compris, introduire des aliments complémentaires à un âge « précoce » ne constitue pas un problème en soi selon moi.

 

dme, alimentation autonome, bébé, solides
Voici un bébé de 5 mois qui n’est pas prêt à débuter les aliments complémentaires

 

Quels sont les mots pour décrire ce qui se passe?

                                                      

Un des défis majeurs est que nous n’avons pas les mots justes pour décrire l’introduction d’aliments complémentaires lorsque bébé est en contrôle. Commencer à « introduire des aliments complémentaires » avec une cuillère et des purées signifie que quelqu’un d’autre met de la nourriture dans la bouche de bébé à un moment déterminé. Par contre, commencer à « introduire des aliments complémentaires » avec l’approche DME signifie simplement donner à bébé la possibilité de manger si et quand il le veut et le peut. Ce sera ensuite à bébé de décider.

 

J’aimerais remercier Gill Rapley qui m’a permis de traduire le texte ci-haut qu’elle a écrit.

 

PRÉCAUTIONS

Avant de faire la DME avec votre bébé, il est primordial de procéder de façon sécuritaire en vous informant auprès d’une nutritionniste pédiatrique. Entre autres, assurez-vous que :

  •     votre bébé soit prêt et ne commence pas trop tôt
  •     votre bébé soit bien assis à 90 degrés
  •     vous ne placez pas les aliments dans sa bouche avec vos doigts
  •     l’environnement est calme lors des repas
  •     vous offrez les aliments appropriés à votre bébé (toujours tester la texture)
  •     vous surveillez votre bébé qui mange en tout temps
  •     vous contactez une nutritionniste pédiatrique pour bien vous informer
  •     vous lisez la mise en garde ci-dessous

MISE EN GARDE*

La DME est contre-indiquée pour les bébés à risque de dysphagie, entre autres pour les bébés qui présentent un trouble anatomique (ex. : fente palatine, frein de langue court), un trouble neurologique (ex. : retard de développement, hypotonie, hypotonie orale) et un trouble génétique. Un suivi par un professionnel de la santé (médecin, nutritionniste) est nécessaire pour les bébés à risque d’anémie, soit les bébés qui sont nés prématurément, les bébés de petit poids à la naissance (moins de 3000 g), inquiétudes en lien avec la croissance, bébés nés d’une mère anémique, bébé chez qui la lait de vache a été introduit précocement et/ou un bébé végétalien.

 

Assurez-vous de procéder de façon sécuritaire en vous informant adéquatement. Pour connaître les signes que votre bébé est prêt à commencer les aliments complémentaires, abonnez-vous à mon cours en ligne DME  vous obtiendrez toutes les réponses à vos questions et mon soutien illimité.

 

Vous, à quel âge avez-vous débuté les aliments complémentaires avec votre bébé?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *